français - čeština

exercices civilisation

littérature française

Les mouvements littéraires au 19e siècle

Le 19e siècle est une époque avec des perturbations politiques qui débute par les Guerres napoléoniennes et finit par la guerre franco-allemande. La forme de gouvernement a plusieurs fois changé : l'Empire a été successivement remplacé par la Restauration, la IIe République, le Second Empire et à la fin, par la IIIe République.

Cette période est marquée par la liberté de pensée et par la naissance de grandes idées modernes du libéralisme et du socialisme. La littérature adopte des formes plus variées que jamais. On discerne les grands courants du romantisme représenté par Victor Hugo, puis du réalisme, avec pour initiateur Balzac, et enfin du symbolisme, annoncé par Baudelaire et représenté par Mallarmé.

Romantisme

L'arrivée du Romantisme en France a été attardée par les guerres napoléoniennes. Sa caractéristique est l'intérêt porté à l'aventure et à l'exotisme. Les auteurs français ont souvent voyagé en Afrique du Nord et au proche Orient. Les gens aiment s'enfuir vers l'imaginaire et rêver des pays lointains et des temps anciens - surtout au Moyen Âge. Ils sont attirés par l'ésotérisme. Le héros romantique est individualiste, différent, émotif, mélancolique et est attiré par la mort. Il subit les symptômes du mal du siècle - l'inquiétude, l'ennui, la frustration de l'impossibilité de réussir dans la société qui ne juge pas selon les capacités de la personne, mais selon l'origine.

Les premiers auteurs du romantisme sont François René de Chateaubriand et Mme de Staël. Plus tard, le courant romantique est regroupé dans le Cénacle Romantique - Victor Hugo, Alfred de Musset, Alexandre Dumas, Gérard de Nerval, Charles Nodier, George Sand.

François René de Chateaubriand (1768 - 1848)
Oeuvres principales : Atala (1801), Génie du christianisme (1802), Mémoires d'outre-tombe (1848)
René (1802) - dans ce dernier, le héros raconte les années passées près de sa soeur qui, alarmée de la tendresse trop vive qui les unit, entre au couvent. René ensuite, atteint par la vague des passions, erre de ville en ville sans trouver le repos.
Les martyrs (1809) - c'est une reconstitution historique des aventures des jeunes chrétiens victimes des persécutions de l'empereur Dioclétien.

Victor Hugo (1802 - 1885)
Aussi bien que le chef de l'école romantique, Victor Hugo est politiquement actif. Il se préoccupe des questions sociales et défend des idées libérales.
Ses oeuvres principales :
Hernani (1830) - premier exemple de drame romantique, il ne respecte pas les règles du théâtre classique - l'unité de lieu (plusieurs endroits) ni l'unité de temps (l'intrigue s'étale sur plusieurs mois). La première représentation donne lieu à une véritable bataille entre les partisans du théâtre classique contre ceux du drame romantique. Hernani en sort vainqueur.
Les Misérables (1862) - Jean Valjean, qui s'est enfui du bagne, trouve asile chez l'évêque de Digne. Il le vole, mais quand les gendarmes le reprennent, l'évêque le sauve. Bouleversé par cette générosité, il devient un honnête homme.
Notre-dame de Paris (1831) - Quasimodo, sonneur de cloches à Notre-Dame, et Esméralda, danseuse bohémienne, sont tous deux victimes de la cruelle tyrannie d'un prêtre fanatique et jaloux, Claude Frollo.

Alfred de Musset (1810 - 1857)
Oeuvres principales: Lorenzaccio (1834), La confession d'un enfant du siècle (1836), Les Nuits (1835 - 1837)

Alexandre Dumas (1802 - 1870)
Ses romans sont aventureux et le destin de ses héros réjoint souvent l'Histoire.
Oeuvres principales : Les Trois Mousquetaires (1844), Le Comte de Monte-Cristo (1845-46), La Reine Margot (1845), Vingt ans après (1845)

Gérard de Nerval (1808 – 1855)
La vie de l'auteur est marquée par l'amour malheureux, les accès de folie et le voyage en Orient. Son oeuvre est alors imprégné par les mythes orientaux et les visions chimériques.
Les oeuvres principales sont :
Les Chimères (1853) – dans un recueil de sonnets où entre l'inconscient et le réel il exprime sa hantise mystique.
Les filles du feu (1854)

George Sand (1804 – 1876)
Inspirée par son mariage malheureux, elle a débuté par des romans passionnels où elle s'élève contre l'oppression subie par la femme : Indiana (1832), Lélia (1833)
Ensuite elle écrit des romans socialistes et humanistes.
Elle continue par les romans rustiques où elle idéalise la campagne : La Mare au diable (1846) – Germain est devenu veuf à vingt-huit ans avec trois enfants. Il se rend au village voisin et est accompagné par Marie agée de seize ans qui va y entrer en service. Mais ils s'égarent dans le bois et la nuit tombe. Marie est si courageuse et affectueuse que Germain se demande si elle n'est pas la femme qu'il lui faut. Après diverses aventures, il l'épousera.
Enfin elle revient aux romans d'aventures : Les Beaux Messieurs de Bois Doré (1858), Le Marquis de Villemer (1861)

Le romantisme est également représenté dans la peinture par Théodore Géricault – Le radeau de la Méduse et par Eugène Delacroix – La liberté guidant le peuple. La liberté y est incarnée par la fille qui s'appelle Marianne. Elle est devenue le symbole de la République française.

Réalisme

Par rapport au Romantisme qui s'oriente vers l'histoire, le Réalisme est orienté vers l'époque contemporaine. Il s'efforce de donner une représentation fidèle de la société avec ses problèmes - la situation sociale de l'époque de la Restauration, les changements économiques, la vie quotidienne de l'homme ordinaire. La description vraie de la réalité dont on peut parvenir par le vécu individuel est le contraire des idéaux du classicisme qui essayait de donner la description de la vie en vigueur universel.

Stendhal (1783-1842)
Dès l'enfance, il se révolte contre sa famille, en 1800 il entre dans l'armée et part pour l'Italie. Il accompagne les armées de Napoléon en Allemagne, en Autriche et en Russie. Il passe sept années de sa vie à Milan. Après, il vit à Paris.
Il est apprécié pour ses qualités d'observation objective et la finesse de l'analyse psychologique, mais ses héros - des êtres libres et individualistes - se trouvent plutôt dans la tradition romantique. D'après lui, un roman est un miroir que l'on promène le long d'un chemin.
Le rouge et le noir (1830) - parti d'un fait divers réel, Stendhal retrace le destin de Julien Sorel, d'origine modeste mais instruit, qui est rejeté par la société qui préfère l'argent et la naissance au mérite.
La Chartreuse de Parme (1839)

Honoré de Balzac (1799-1850)
Dans ses oeuvres, Balzac essaie de représenter la totalité de la société, il crée un monde complexe. A l'époque, son oeuvre a été souvent considéré lourde à cause de ses descriptions minutieuses.
La comédie Humaine - elle comprend 91 romans et Balzac y fait apparaître plus de 2000 personnages dont à peu près 500 reviennent dans plusieurs romans. Ses romans sont organisés sur plusieurs plans : étude analytique (2 romans), étude philosophique (22), étude de moeurs (63). Dans ce dernier, le plus développé, se décompose en trois cadres de vie : Paris, la province, la campagne et en trois types de rapports à la société : vie privée, vie politique, vie militaire. Le tout couvre la période 1789 - 1850.
Les romans sont par exemple : Père Goriot, Illusions perdues, Splendeur et misère des courtisanes. Mais des éléments fantastiques sont plus précises dans La peau de chagrin. Tandis que Une ténébreuse affaire est un roman policier.

Gustave Flaubert (1821-1880)
Son oeuvre est une observation objective et précise avec un style parfait. Cependant, pendant sa vie, il n'est pas largement reconnu.
Madame Bovary - Emma Rouaut, jeune fille provinciale nourrie de littérature romantique, est donnée en mariage à un médecin de campagne assez médiocre, Charles Bovary, qui lui a soigné son père. Emma est partagée entre ses longues journées d'ennui, la conversation pédante de son mari et ses rêves exaltés. Elle trompe son mari avec un hobereau de province, puis avec un clerc de notaire, pour qui elle se couvre de dettes. Elle finit par se suicider à l'arsenic. Ce roman a offensé le public par la stupidité du personnage principal et on lui a fait un procès - que Flaubert a gagné parce qu'il a prouvé qu'il ne sympathisait pas avec le personnage principal. Autres oeuvres sont :
L'éducation sentimentale, Salammbô, La Tentation de saint Antoine

Edmond et Jules Goncourt
Ils étudient surtout les cas pathologiques et se penchent vers les bas-fonds de la société et, par là, préparent le naturalisme. Ils usent d'un style impressionniste, qu'ils ont eux-mêmes appelé « l'écriture artiste ».
Germinie Lacerteux (1865) - c'est une histoire navrante de la déchéance de la bonne parce qu'elle tombe amoureuse d'un ivrogne paresseux, Jupillon.

Naturalisme

Le naturalisme prolonge le mouvement réaliste. Comme les réalistes ont écrit plutôt sur la bourgeoisie, les auteurs naturalistes s'intéressent au peuple dans toute sa misère - pauvreté, prostitution, alcoolisme, violence. La société est montrée telle qu'elle est et aucun sujet n'est inabordable.

Les auteurs naturalistes veulent être scientifiques - ils observent le monde, en dégagent des lois et font de leurs romans un terrain d'expérimentation - partant de données réelles, ils font évoluer le récit et les personnages conformément aux lois scientifiques. Le dénouement donne le résultat.

Émile Zola (1840 - 1902)
Les Rougon-Macquart (1871 - 1893) - un grand cycle romanesque qui semble rivaliser avec Balzac. En appliquant les lois de l'hérédité et de la sociologie, Zola cherche à démontrer que l'homme est déterminé - selon l'hérédité et par le milieu. Dans la famille Rougon-Macquart, il montre comment la folie de tante Dide pèse différemment sur tous ses descendants selon leurs milieux et leurs désirs. Les romans touchent plusieurs thèmes - la vie des courtisanes (Nana), la guerre de 1870 (La Débâcle), les milieux gouvernementaux (Son Excellence Eugène Rougon), l'alcoolisme (L'Assommoir), l'agitation sociale des mineurs (Germinal). Mais ses ambitions scientifiques sont illusoires - son imagination démesurée l'entraîne vers une sorte d'épopée de la laideur, avec quelques rares éclaircies.

Guy de Maupassant (1850-1893)
Maupassant est surtout un auteur d'un grand nombre de nouvelles. Il décrit les moeurs parisiens ou la vie des normands.
Les oeuvres : Une vie (1883), Boule de Suif (1880), Bel-Ami (1885)

Alphonse Daudet (1840-1897)
L'oeuvre : Lettres de mon moulin

Symbolisme et Décadence

Le symbolisme tente de montrer l'essence spirituelle des choses. Le sens du symbole n'est pas explicite et le lecteur doit deviner - des nouvelles idées naissent du rapprochement de perceptions ou de réalités concrètes habituellement séparées. La description précise du réalisme est désormais remplacé par les suggestions.

La décadence est la déchéance de l'art sur le plan des thèmes, pas sur le plan de la forme. Les écrivains décadents sont pessimistes et s'intéressent à la morbidité, aux sentiments d'ennui et désolation. Le mystique voire le satanique sont évoqués. satanisme. Ils refusent tout conformisme. Certains mènent une vie bohème de dandy.

Le dandysme, à l'origine une mode vestimentaire masculine dans la haute société londonienne. Il recouvre plus tard tout un état d'esprit : refus de la médiocrité et recherche de la beauté. Pour attirer l'attention, le dandy cultive la provocation.

Les poètes rattachés à ces mouvements sont appelés « les poètes maudits » - Mallarmé, Rimbaud, Beaudelaire.

Charles Baudelaire (1821 - 1867)
Il mène une vie de dandy à Paris grâce à l'héritage paternel. Il prend de l'opium et du haschisch pour s'envoyer dans les paradis artificiels.
Son originalité vient de la nouveauté des images ; du réalisme cru, choquant même, qui témoigne d'un goût morbide pour la laideur ; de l'usage du symbole et de la prose poétique dans les Petits poèmes en prose. Il loue la beauté en se focalisant sur le mal. Il parle du « spleen » - ennui mêlé de désespoir et d'angoisse.
Les Fleurs du Mal (1857) - un recueil de poèmes, condamné en justice pour immoralité

Arthur Rimbaud (1854 - 1891)
Les oeuvres : Lettre du voyant (1871), Derniers vers (1872), Une saison en enfer (1873), Illuminations (1873 - 1875)

Stéphane Mallarmé (1842 - 1898)
Les oeuvres : L'après-midi d'un faune, Divagations

Paul Verlaine (1844 - 1896)
Oeuvres : Poèmes saturniens, Fêtes galantes, Romances sans paroles, Sagesse, Jadis et Naguère

Created by g-m-l 2014